Enseigner avec la tablette : classe inversée et démarche inductive ?

Qu’est-ce que la classe inversée ? Rapide rappel

De la même manière que l’invention de la peinture en tube a eu un impact sur l’histoire de la peinture et a été un facteur important pour la naissance de l’impressionnisme, l’arrivée du numérique engendre d’importantes révolutions sur le plan pédagogique : les applications sur les tablettes, comme Explain Everything, rendent facile la création de vidéos, de « capsules » permettant d’enregistrer un cours que les élèves peuvent regarder hors de l’espace classe, en suivant leur rythme, en revenant sur ce qui n’a pas été compris. Ainsi le cours n’est plus consacré à la découverte de la leçon (qui se fait en autonomie, le soir, chez soi, avec un support écrit permettant de guider l’élève, de conserver une trace écrite de ce travail en autonomie, donc d’avoir un moyen de vérifier si le travail a bien été fait), mais il est un temps pendant lequel l’enseignant répond aux questions des élèves, vérifie si les connaissances sont acquises, corrige les exercices en privilégiant une approche plus individuelle et personnalisée.

Les avantages de la classe inversée sont multiples et ne laissent pas insensibles les parents : développement de l’autonomie de l’élève, dimension plus active de l’apprentissage, gain de temps, temps de parole de l’enseignant réduit au profit de celui de l’élève, mise entre parenthèses des tâches qui pourraient être répétitives pour l’enseignant, etc.

La classe inversée est toutefois à aborder avec précaution et il semble plus raisonnable de la prendre comme un modèle à adapter à la spécificité de chaque établissement, de chaque équipe pour être sûr d’éviter traumatisme pédagogique ou simple effet de mode. Nous avons choisi de profiter des potentialités de l’Ipad pour introduire progressivement des capsules parfois en amont du cours, parfois en aval comme des révisions, parfois en bonus pour les élèves qui veulent aller plus loin. Mais évitons un passage radical d’un système à l’autre.

Classe inversée et démarche inductive ?

Cette approche de la classe inversée semble a priori en contradiction avec la perspective actionnelle du FLE qui vise à rendre aussi l’apprenant actif et autonome, mais d’une autre manière, en lui demandant de faire des hypothèses pour découvrir une règle de grammaire par exemple. Le cours est pensé comme une co-construction entre enseignant et apprenants. Pendant la phase de découverte, l’enseignant explique le lexique sur demande, fait des digressions en en profitant pour donner des synonymes, des antonymes, correspondant aux lacunes spécifiques de son public.

C’est la même démarche inductive que l’on pratique, en France, par exemple, pour enseigner en cours de français, de littérature : il est presque impossible de commencer directement un cours en donnant les bonnes « réponses » aux élèves, sans avoir le réflexe de les solliciter, de les faire participer à la découverte d’idées ou de notions. On observe, on fait des hypothèses plus ou moins guidées, ce qui permet de co-construire le cours, l’hypothèse de lecture ou la règle de grammaire.

Or, une des difficultés majeures lorsqu’on élabore des capsules pour que les élèves travaillent en autonomie repose sans nul doute sur ce défi de pouvoir conserver cette démarche inductive dans un travail en autonomie. Au cours de ces journées de formation, nous avons vu des capsules qui présentent de manière un peu autoritaire le cours à connaître en commençant directement par la règle de grammaire par exemple. Devrait-on abandonner notre chère démarche basée sur l’observation ?

Nos pistes de travail pour notre laboratoire pédagogique…

Proposons-nous au cours de l’année qui arrive de fabriquer des capsules qui tentent plus ou moins adroitement d’intégrer une phase d’observation (il est toujours possible d’inviter les élèves à mettre sur PAUSE pour qu’ils puissent OBSERVER à leur rythme). Voici un petit canevas pour créer ces petites vidéos qui invitent

– d’abord à regarder, observer un phénomène de langue

– à écouter ensuite l’explication et la régle

– à réinvestir immédiatement avec des exercices auto-corrigés puis à corriger en classe.

Nous ferons un bilan plus tard…

Voici une capsule qui tente de conserver un minimum d’observation :

Capsule sur l'infinitif passé
Capsule sur l’infinitif passé

5 réflexions sur “Enseigner avec la tablette : classe inversée et démarche inductive ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s